Anticor, point d’étape et nouvelles !

Accueil > blog > Anticor, point d’étape et nouvelles !

**Après une pause bien méritée, le blog reprend de plus belle.**

Tout d’abord je me dois de répondre aux nombreuses questions sur les suites de la dernière audience aux prudhommes. Je dois avouer que ce fut éprouvant. Surtout qu’il y a eu plusieurs rebondissements et reports afin de trouver des conseillers qui n’aient aucun lien avec l’Université Catholique de Lille. Les audiences étant publiques, je peux donc en parler librement avec vous sur le blog. Ce qui m’a le plus choqué ça a été d’entendre leur avocat axer son argumentaire sur ma pseudo vénalité tout en disant que j’avais fait un bon travail de délégué du personnel en alertant sur la dégradation de la santé mentale de mes collègues. Il dira même que j’avais été écouté par le directeur de l’époque T.M alors qu’en réalité ce dernier a entravé les droits d’alerte et détérioré les conditions de travail afin de pousser les gens à partir suite à l’échec du premier plan de licenciement. Entrave largement confirmée par la DIRECCTE. Bien évidemment, leur avocat omettra volontairement la raison première du harcèlement et du licenciement : la découverte des malversations financières.
Il tournera en dérision le rapport du sociologue Henri Vacquin en le faisant passer pour un syndicaliste primaire. Rappelons qu’il n’a pas été missionné par les salariés de l’ISL mais par la Catho en vertu de son expertise reconnue largement dans le domaine de la souffrance au travail à grande échelle. Il a par ailleurs audité de plus grosses entreprises comme [France Télévision]( https://www.marianne.net/culture/le-naufrage-de-france-televisions) ou [France Télécom](http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/05/19/comme-a-france-telecom-ce-qui-est-en-cause-c-est-l-inaptitude-a-diriger_1255795_3224.html) (c’est là qu’il rencontrera Pierre Giorgini le président recteur de la Catho). Devant ma sidération, mon avocate me dira pour me rassurer : "Pouvait-il dire autre chose ?". Il n’aura fait que le travail parfois délicat pour un avocat : défendre l’indéfendable.

Si ces questions sur mon devenir reviennent plusieurs fois, elles sont posées la plupart du temps par empathie (merci encore :^) ) mais aussi parce que beaucoup d’entre vous aimeraient savoir ce qu’il advient à un lanceur d’alerte qui voit sa carrière professionnelle chamboulée. Cela rejoint le questionnement sur la protection des lanceurs d’alerte et de leur statut. Il a été amélioré récemment mais il y a encore du chemin avant d’aboutir à une reconnaissance réelle de ce statut. Et ce d’autant plus que derrière les affaires Luxleaks, Swissleaks ou encore le Mediator, ils existent une myriade d’affaires locales dont on parle peu mais qui, à moindre échelle, sont du même ordre. Nous aurons l’occasion d’en parler ici même.

 ![alt](http://www.anticor.org/wp-content/uploads/2015/06/logo_bl-site-anticor.png)

Ensuite et comme annoncé dans l’article de presse de 20minutes, j’ai été nommé référent d’Anticor pour le Nord et plus spécialement pour Lille et environ. Chose somme toute logique, puisque depuis le début, Anticor aura été non seulement un soutien psychologique mais aussi technique et juridique. Mon histoire et mon humble participation à la lutte contre la corruption de certains de nos élus locaux a motivé le conseil d’administration dans cette nomination. Une nouvelle étape s’ouvre. Et ce d’autant plus que l’actualité politique confirme ce combat qui est la condition sine qua non au bon fonctionnement de notre démocratie. Il est même assez coquace que le point de départ de l’affaire ISL/Université Catholique de Lille/Conseil Régional soit lui aussi un emploi fictif. Entre ceux [des HLM de Paris](https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_emplois_fictifs_de_la_mairie_de_Paris) au profit du RPR ancien nom de l’UMP, ceux de [la MNEF](https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_MNEF) au profit du PS ou du FN avec [l’affaire des emplois fictifs au Parlement Européen](https://www.lesechos.fr/elections/marine-le-pen/0211760774999-emploi-fictif-marine-le-pen-se-defend-et-accuse-bruxelles-2062165.php), il semblerait que cela soit une pratique bien ancrée dans nos partis politiques. Combien de Bernard Hanicotte et de Pierre de Saintignon ? Combien de subventions publiques utilisées dans l’objectif d’enrichir une minorité et leurs appareils ?
Plus que jamais la lutte contre la corruption se doit d’être encouragée. L’affaire de la Catho est un exemple concret que cette lutte doit se faire aussi au niveau intermédiaire et régional. Quelques lanceurs d’alerte locaux me sollicitent car il se retrouvent un peu dans ma démarche citoyenne. Certains ont tout perdu d’autres sont sur le grill mais un point commun reste : la volonté de se regarder devant la glace le matin,se respecter en respectant de façon indiscutable ses propres valeurs et la légitimité qui en découle.

Si vous êtes intéressés par l’action d’Anticor, voici l’adresse de notre site : http://www.anticor.org et l’intervention de Séverine Tessier, vice-présidente et cofondatrice qui aborde l’action d’Anticor ainsi que le contexte français de la corruption des politiques de notre pays. Cette vidéo date de 2014 mais elle reste d’actualité :

**Et le blog, que va-t-il devenir ?**

Il avait déjà évolué au delà de l’affaire de la Catho et du Conseil Régional (voir [l’article sur le marché de médiation des transports](http://www.osere.eu/2016/04/24/citeomediapole/) ),il continuera cette évolution en respectant l’objectif de départ qui est d’aborder :

- les détournements d’argent public
- les lanceurs d’alerte et leur statut
- l’information des citoyens sur les affaires locales

A la vue du passif de notre région, ce ne sont malheureusement pas les affaires qui manquent. A suivre...

**PS musical** : Ce texte a été écrit en écoutant entre autres :

[Gojira](https://fr.wikipedia.org/wiki/Gojira).
Pour qui en douterait, oui la musique Métal a un cerveau, ces français (originaires du Sud-Ouest et à la carrière internationale) le confirment avec talent tant dans la musique que dans les textes.

Et [Arthur H](https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_H) qui a toujours su mêler la musique pop au Jazz. Ce morceau parle de migrants partis en Amérique chercher de l’or au risque de leur vie. Le rêve américain qui dévore. L’album Adieu Tristesse est à écouter dans sa totalité.

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}