Euratech - S1 Ep01

Accueil > blog > Euratech - S1 Ep01

Oui je sais le titre fait série télé. J’avoue, je suis un accro des Game of Thrones, des Fargo (saison 3 en cours sur Netflix ;^D ) et autres œuvres à suspens découpé. Et puis bon un blog c’est aussi un parcours rythmé par certains rebondissements. On est bien passé du salarié qui écrit pour dénoncer l’emploi fictif d’un élu local et le détournement d’une subvention à un militant associatif contre la corruption et pour une transparence financière. Tout est possible, rien n’est prévisible.

Mais cette fois-ci, ça promet d’être une belle histoire s’il n’était pas (encore) question d’argent réel et public de surcroit. Dans l’article précédent, Columbo nous a démontré qu’on attrape pas les mouches avec du vinaigre mais avec du miel. Les 2 milliards du marché des transports en commun de la MEL (Métropole Européenne de Lille) ont de quoi attiser la convoitise. Une polémique a par ailleurs déjà commencé sur cette appel d’offre, ce qui nous réserve d’autres surprises... Un autre projet et pas des moindres attire les mouches et toutes sortes d’insectes d’ailleurs. Il est le résultat d’un actionnariat entre les trois plus grosses entités publiques de la région : [Euratechnologies](http://www.euratechnologies.com/) communément appelé Euratech est détenue par la MEL (70%), la ville de Lille (10%) et le Conseil Régional des Hauts de France (20%). La MEL est donc l’actionnaire majoritaire. Pour rappel, le président de la MEL [Damien Castelain est mis en examen](http://www.20minutes.fr/lille/2044531-20170405-president-metropole-lille-mis-examen-corruption) pour corruption et favoritisme dans l’affaire du stade Pierre-Mauroy ainsi que d’autres élus. Beaucoup disent que les responsables seraient ailleurs et qu’il ne serait que le lampiste...

 ![alt](http://www.euratechnologies.com/content/themes/euratechnologies/assets/img/euratechnologies-logo-black.svg)

Combien de citoyens connaissent les tenants et les aboutissants de ce projet qui mêle investissement immobilier et développement économique via ce pôle "d’excellence" et d’entreprenariat numérique ? Hormis les élus des 3 entités publics (et encore, certains se plaignent du flou financier...), personne ne sait concrètement comment l’argent public et les parcelles de notre métropole ont été utilisés.

Euratech est une SPL (Société Publique Locale) et comme toute SPL elle a été créée dans le but de répondre à la gestion de services publiques. Une mission publique. Après une étude foncière en 1988, Euratechnologies n’émerge qu’en 1999. [SORELI](http://www.soreli.fr/), Société Anonyme d’Economie Mixte de Rénovation et de Restauration de Lille créée en 1982 par la ville de Lille et la MEL s’occupera de l’aménagement du site. Le 8 juillet 2011, la MEL décide de la création de la SPL dont l’objet est "le développement et l’animation de la filière d’excellence TIC sur le territoire de ses membres ainsi que la gestion du site EURATECHNOLOGIES". Cette gestion se traduit par une myriade de sociétés civiles immobilières (SCI) ce qui permet de multiplier les nominations juridiques et de rediriger les fonds plus "souplement". Comme ce que fait l’Université Catholique de Lille (voir article 7).

Dès la création d’Euratechnologies, Pierre de Saintignon (!) siège au conseil d’administration. Il en est le président. Quand je vous dis qu’il est un acteur politique majeur des affaires économiques de la région. Il dirige Euratech en duo avec le directeur général Ghaouti Chehih (Raouti Chehih).

Lors de la réunion du Conseil de la MEL du 3 février 2012, il est convenu que soit créé un Comité de Contrôle Analogue. Les actionnaires publics via leurs élus doivent donc contrôler Euratech comme ils le font sur leurs propres services et que la SPL doit réaliser l’essentiel de ses activités sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais de l’époque. Michel François Delannoy sera désigné par le Conseil de la MEL pour la représenter. A l’époque il était maire de Tourcoing et 1er vice-président de la MEL, numéro 2 après Martine Aubry. Il est important ici de souligner que cet ancien maire PS est un proche de Pierre de Saintignon et de Caroline Le Dantec. A ce jour il est encore conseiller métropolitain.

En 2015, le directeur général Raouti Chehih lors d’une interview n’aura aucune ambiguïté quant à la réalité d’Euratech qui est censée être une SPL...

Au delà de la success story du self-made-man, le DG nous explique dans cette vidéo qu’il a porté le projet avec la confiance de Martine Aubry et Pierre de Saintignon, foulant ainsi du pied les pouvoirs publics, les autres élus et leur mandat de représentant du peuple. Il va même remercier la maire de Lille et son premier adjoint de ne pas être interventionnistes et affirmera même qu’ils veulent une privatisation pour ne pas dépendre des fonds publics... Il confirme ainsi que le contrôle analogue est inexistant. CQFD !

Si vous avez lu les autres articles, vous comprendrez aisément où je veux en venir. Après [le détournement d’une subvention du Conseil Régional à la Catho de Lille](http://www.osere.eu/2015/09/14/la-republique-toute-la-republique-et-rien-que-la-republique/), puis [le partage et le financement plus que douteux du marché de la médiation des transports](http://www.osere.eu/2016/04/24/citeomediapole/) relevés par la Chambre Régionale des Comptes, il est évident que l’on aimerait mettre le nez dans les finances de cette structure à 3 têtes. Ce sont 61 élus de la ville de Lille, 170 du Conseil Régional des Hauts de France sans compter les 184 élus municipaux du Conseil de la MEL qui exercent un mandat en lien direct avec Euratech. La loi dit clairement qu’une SPL doit être dépourvue d’autonomie. Et pourtant Euratech est gérée comme un Société Anonyme classique. Le comble est que ce contrôle échappe à la majorité des élus qui subissent comme leurs administrés un manque criant de transparence. **Ce projet posé sur des terrains municipaux et soutenu à 100% par l’argent public se verra audité très bientôt.** Mais quelle idée ! Un audit ! Pierre de Saintignon n’aime pas les audits. Rappelez-vous de celui qu’il m’a promis lorsque je l’avais alerté du détournement de la subvention par des dirigeants de l’Université Catholique de Lille. Espérons que cette fois-ci, il ne se volatilisera pas...

A ce stade nous pouvons déja nous poser légitimement les questions suivantes (d’autres viendront par la suite) :

*Comme pour toutes les Sociétés Publiques Locales, quelles sont les modalités du contrôle analogue ?*

*Comment ces modalités ont été articulées dans les statuts et le règlement intérieur ?*

*Quelle fut l’action de Michel François Delannoy représentant de la MEL dans le Comité de Contrôle Analogue dans le suivi des activités d’Euratech ?*

*Quelles sont les rémunérations des membres du Conseil d’Administration ?*

*Quelle est la rémunération du directeur général ?*

*Sachant que le développement numérique est sensible tant au niveau cybersécurité qu’au niveau des brevets, quelle est la pertinence d’une vente partielle ou non d’une société publique comme Euratech à une entreprise privée ?*

*Cette vente ou ouverture de capital inclura-t-elle les terrains municipaux ?*

*Est-il est prévu de vendre ce patrimoine ou partie à des "amis" entrepreneurs de longue date ?*

*Y a-t-il d’autres gros projets immobiliers comme Euratech ? Les élus contrôlent-t-ils vraiment la gestion du patrimoine immobilier de la métropole ?*

*Quelles sont les liens entre Euratech et les entreprises locales du bâtiment ?*

Cette dernière question est lourde de sens. Des entreprises historiques du Nord ont été conviées au banquet qui leur est offert. Nous aurons l’occasion d’en parler. Les prochaines semaines vont être cruciales. L’avenir de cet investissement public qui semble hors de contrôle demande de la part des citoyens des Hauts de France une vigilance accrue. La responsabilité de nos élus est plus que jamais demandée.

La suite au prochain épisode...

**PS Musical :**

Comme de coutume je partage avec vous ces quelques extraits de musique écoutée pendant la rédaction de cet article :

**Nightporter** de [Japan](https://fr.wikipedia.org/wiki/Japan_(groupe)) groupe de new-wave néoromantique. On peut aussi lire un texte de [Byron](https://fr.wikipedia.org/wiki/Lord_Byron) la nuit en écoutant ce morceau. Full combo ;^D

Allez je ne me refuse pas le plaisir de partager celui-ci avec vous. Il est sans pareil :

>*Là où ces ifs balancent légèrement leurs branches au souffle de la brise, s’élève une tombe simple et oubliée, monument de la destinée qui nous est commune à tous. Voyez jouer autour d’elle d’insouciants écoliers, jusqu’à ce que retentisse dans le studieux manoir l’ennuyeuse cloche qui met fin aux jeux enfantins. Mais ici, partout ou je porte mes pas, mes pleurs silencieux ne prouvent que trop que l’Amitié est l’Amour sans ailes.* Lord Byron

Ensuite la bande original du Dernier Empereur de Bertolucci, donc un extrait composé par **[David Byrne](https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Byrne_(musicien))**

{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}